Disant la vérité à une planète mourante





August 2020



C’est très difficil d’écrire cet article. La seule chose qui serait pire, c’est de ne pas l’écrire du tout.


TOUT VA CHANGER!


Covid-19 a dominé nos vies comme jamais - et avec une bonne raison évidente. Les gens souffrent, les gens meurent, les gens perdent leurs maisons et leurs commerces. C’est d’une telle énormité que ça semble tout englober. Aussi dévastateur que c’est, Covid-19 semblerait que c’est seulement l’aperçu de quelque chose encore plus catastrophique. Quelque chose qui causera probablement la mort et la destruction à une niveau jamais vue depuis que les humains ont occupé la terre.


Au cours des derniers mois, de nombreux rapports de différents points de vue et organisations ont sorti - tous avec la même conclusion - nous tuons les systèmes qui rendent la vie sur Terre possible - et nous tuons ces systèmes si vite que la probabilité que notre planète régénère est faible, voire nulle. Dans cet article, je voudrais partager avec vous ce que j’ai appris et ce que j’apprends. Ne vous trompez pas - le but n’est pas pour vous rendre triste, mais plutôt de vous aider pour que vous puissiez prendre des décisions plus informés. J’utilise souvent cette analogie avec mes stagiaires, «si vous allez en aval et il y avait une cascade de 15 mètres plus bas, est-ce que vous préférez le savoir ou simplement continuer à pagayer vers le danger?». Si vous êtes le genre de personne qui veut savoir dans quoi vous pagayez, continuer à lire.





Il reste 12 ans - ou est-ce 5?


Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat est l’organisation qui a créé l’Accord multi-pays sur le climat connu sous le nom d'accords de Paris (dont M. Trump a retiré les États-Unis). C’est intéressant de noter que 174 pays plus l’Union européenne ont signé cet accord pour réduire le réchauffement climatique à pas plus de 1,5 degrés celsius. C’est bien, non? Bien en théorie, oui. Le problème? La science n’était pas là. Dans une tentative de mettre le monde d'accord, le GIEC a omis certaines informations, comme les “feedback loops”. Un “feedback loop” est quand une situation provoque une autre situation. Par exemple, la glace de mer, qui étant blanche, reflète l'énergie du soleil dans l'atmosphère. Quand ça fond, c’est remplacé soit par de l'eau (qui est sombre), soit par la toundra (également sombre) qui retient plus la chaleur du soleil. La toundra aussi contient du méthane congelé qui est libéré dans l'atmosphère quand ça fond (le méthane est 22 fois plus fort que CO2). C’est “feedback loops” aggravent les effets du réchauffement climatique.


En octobre 2018, le GIEC a publié un nouveau rapport - un rapport très terrifiant, qui prétendait que nous, les habitants humains de cette planète, avons à peine 12 ans pour agir SI nous voulons maintenir le réchauffement climatique en dessous de 1,5 degrés celsius (https://www.ipcc.ch/2018/10/08/summary-for-policymakers-of-ipcc-special-report-on-global-warming-of-1-5c-approved-by-governments/). Comme indiqué ci-dessus, le GIEC manque de beaucoup d’informations scientifiques essentielles. Un rapport du professor James Anderson de l’Université Harvard (2018*) révèle que nous avons en fait moins de 5 ans pour effectuer ce changement. CELA SIGNIFIE QUE TOUT DOIT CHANGER! Nous devons utiliser les énergies renouvelables, nous devons protéger les forêts tropicales - ce qui signifie arrêter de les tuer pour le bœuf, l'huile de palme et d'autres exploitations. Nous devons revenir à une alimentation végétale et RESTAURER les écosystèmes. Plantez des arbres, sortez le plastique de l'océan, travaillez en harmonie avec la nature. Si cela semble fou, il faut noter qu'en juillet 2020, l'Arctique, pour la première fois de l'histoire enregistrée, a atteint plus de 100 degrés F (37,77 c).


1 million d'espèces menacées d’EXTINCTION IMMINENTE


Le 6 mai 2019, les Nations Unies ont révélé un rapport triennal compilé par 150 scientifiques de 50 pays. Parmi les révélations les plus inquiétantes, le rapport indique que (en plus des 200 espèces qui disparaissent déjà quotidiennement), 1 million d'espèces sont menacées d'extinction imminente, dont 500 000 sont «mortes sur pied».


L'évaluation «présente une image inquiétante», a déclaré Robert Watson, président de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques, une collaboration scientifique entre 132 pays qui a produit le rapport. «La santé des écosystèmes, dont nous et toutes les autres espèces dépendons, se détériore plus rapidement que jamais. Nous détruisons les fondements de nos économies, de nos moyens de subsistance, de notre sécurité alimentaire, de notre santé et de notre qualité de vie dans le monde. »


Selon ce rapport:

-Plus d’un tiers des terres du monde et près de 75 pour cent des ressources en eau douce sont utilisés pour la production agricole ou animale.

-La grande majorité de la destruction des écosystèmes a été causée par l'expansion récente de l'agriculture dans les tropiques, avec le plus grand nombre d'espèces de la planète. Cent millions d'hectares de forêt tropicale ont été perdus entre 1980 et 2000, principalement à cause de l'élevage de bétail en Amérique latine et des plantations d'huile de palme en Asie du Sud-Est.

-Plus de 40 pour cent des espèces d'amphibiens, près de 33 pour cent des coraux formant des récifs et plus d'un tiers de tous les mammifères marins sont menacés.

-Les répartitions de près de la moitié des mammifères terrestres et de près d'un quart des oiseaux menacés ont déjà été affectée négativement par le changement climatique.

-Plus de 680 espèces de vertébrés ont été conduites à l'extinction par les actions humaines depuis le 16ème siècle.

-Près de 90% des zones humides présentes en 1700 ont été perdues en 2000. Nous perdons des zones humides trois fois plus vite que les forêts.


Cette évaluation, qui a examiné 15 000 sources scientifiques et gouvernementales et a mis trois ans à rédiger, indique que, à moins que les nations ne suivent des «changements transformateurs», cette perte de biodiversité causera des problèmes sérieux de développement, économiques, sécuritaires, sociaux et moraux. Mais malgré l'ampleur massive des dégâts, les scientifiques affirment qu'il reste encore du temps d'éviter les pires impacts de cette perte de nature.


«Il n'est pas trop tard pour faire une différence, mais seulement si nous commençons maintenant à tous les niveaux, du local au mondial», a déclaré Watson. «La nature peut encore être conservée, restaurée et utilisée de manière durable - c'est également la clé pour atteindre la plupart des autres objectifs mondiaux.»


Qu'est-ce que tout cela signifie pour nous? Pour reprendre les mots du conservateur et acteur extraordinaire Harrison Ford, «la nature peut survivre sans nous, NOUS ne pouvons pas survivre sans la nature». Regardez vos familles, vos enfants et demandez-vous: «À quel point leur vie m'importe?». Les humains n'ont JAMAIS été confrontés par une menace aussi immédiate et dévorante. Ne vous trompez pas, nous ne pouvons pas simplement attendre que quelqu'un d'autre nous sauve. SI nous voulons sauver la vie sur la planète Terre, y compris celle de nos familles et de nous-mêmes, nous DEVONS AGIR DE FAÇON AUDACIEUSE, AGRESSIVE ET DÉCISIVE! Tout doit changer. Nous devons travailler ensemble, comme jamais auparavant, pour sauver cette magnifique planète bleue. * https://www.earth.com/news/5-years-mitigate-climate-change/